lavallieres cravates noeud pape

Lavallières, Cravates ou Nœud Pape ?

La date du grand jour arrive à grand pas, tous les invités ont leur faire-part, la salle et le traiteur aussi sont réservés. Vous avez défini votre thème, vos tenues de mariage sont fin prêtes. Qu’est-ce qui vous reste à faire ? Le choix des accessoires qui viendront compléter votre costume déjà si élégant. Mais vous ne savez pas lequel prendre, lavallière, cravate ou nœud papillon ? Trouvez dans ce qui suit leur description, leur point fort et ce qui a fait leur histoire afin de choisir l’accessoire qui vous correspond le mieux.

La cravate, le grand classique de cérémonie

On tient la naissance de la cravate au XVIIème siècle. Son ancêtre a soit disant orné le cou d’un régiment de croates. C’est d’ailleurs le glissement du mot croate qui a produit le mot cravate. En ce temps elle n’était qu’un morceau d’étoffe noué au cou d’une façon unique qui était portée spécialement par les hommes. D’abord elle était garnie de dentelle. Au XVIIIème, elle devient un élément de mode et de distinction pour lequel on dépense beaucoup d’argent. Faite de satin, de soie ou de soie brochée velours pendant la première moitié du XIXème, on la portait blanche ou noire.

Ce n’est que vers la fin du XIXème qu’apparait la cravate fine aux bouts carrés avec un nœud inspiré des nœuds marins. On doit la coupe de notre cravate à Langdord, un cravatier new-yorkais qui a eu l’idée de la faire en diagonale et en trois parties. Devenue l’accessoire obligatoire porté par les hommes, on n’a changé que la façon de la nouer, sa taille, son tissu et ses couleurs.

Elle est devenue démodée puisqu’elle est aussi courante et répandue dans toutes les couches de la société. Des subtilités distinguent quand même les cravates moyennes des très classes : la qualité du tissu, de la couture et la façon de la nouer dont seuls les initiés peuvent reconnaitre.

La cravate est donc passe partout et reste le grand accessoire classique de cérémonie. La couleur noire est indémodable, la blanche par contre apporte un côté rétro. Pour apporter du chic et de l’élégance, optez pour un tissu en soie, une matière noble et naturelle. Elle s’accommode à toutes les chemises mais préférez un col italien pour la mettre en valeur. Si vous la préférez colorée, optez pour des couleurs douces ou harmonisez-la avec la robe de votre future épouse.

Le nœud papillon, le chic allié au traditionnel

noeud papillon mariage

Plus qu’une variante de nouage de cravate, le nœud papillon est difficile à dater. On tient par contre sa forme définitive dans les années 20. Des variantes ont été aperçues dans les nœuds complexes imaginés par Beau Brummeil, un anglais faiseur d’élégance qui a déjà lancé la mode de la cravate noire au XIXème siècle. Mais on en a déjà trouvé bien avant ce siècle. Toujours est-il que le nœud papillon est l’accessoire indispensable avec le smoking dont on le préfère de couleur noire. Elle est incontournable aussi avec l’habit et la queue de pie mais souvent de couleur blanche.

Il est plus complexe à nouer que la cravate, c’est pour cela qu’il est souvent vendu tout prêt. Porté par certains artistes et musiciens du show-biz, faisant le bonheur des serveurs ou des clowns, le nœud papillon contrairement à la cravate revient fréquemment à la mode pour une courte période. Des célébrités comme Georges Clémenceau, sir Winston Churchill ou le plus connu des agents secrets britanniques James Bond ont marqué leur préférence pour le nœud papillon.

Si vous optez pour un nœud papillon, la soie ou le satin restent les tissus de qualité. Une chemise à col cassé serait le plus adapté, mais si vous voulez être élégant et chic, rien ne vaut une chemise à col italien Tuxedo accompagnée de boutons de manchette.

La lavallière, l’originalité très tendance

lavalliere mariage

La lavallière se distingue de la cravate par sa symétrie. La cravate a un pan plus large que l’autre tandis que sur la lavallière, elles sont identiques. La lavallière vient de la façon spéciale de nouer la cravate en soie souple. On obtient alors une forme de rosette à bouts flottants. Elle a pointé le bout de son nez sous la Troisième République, d’ailleurs elle tire son nom de la maitresse de Louis XIV, mademoiselle de Lavallière, une artiste qui portait des cravates souples et flottantes.

La lavallière n’est pas à confondre avec son cousin anglais l’ « ascot », qui tient son nom d’une course hippique célèbre en Angleterre. Ils diffèrent au niveau du tour de cou : la lavallière est plutôt fine, d’environ 1 centimètre tandis que l’ascot est plus large et porte trois plis.

La lavallière tout comme l’ascot se porte uniquement avec une jaquette, un vêtement de cérémonie gris porté essentiellement pendant les mariages et exclusivement avec une chemise à col cassé. Le trois pièces, la redingote ou le smoking accompagné d’un gilet sont donc de mise si vous voulez en porter. Evitez à tout prix une lavallière avec un col de chemise traditionnel. Il faut veiller à bien la nouer pour ne pas passer pour un clown.

Opter pour la lavallière est un choix fort et original, elle donne un côté dandy très tendance. Elle vous démarque totalement puisqu’elle apporte plus de relief à votre tenue et qu’elle est moins répandue que le nœud papillon et la cravate qualifiés de classiques.

Il est bon de noter que par le seul accessoire, votre costume passera du style traditionnel au moderne, du chic à l’original. Pensez à bien le choisir et à harmoniser sa couleur avec votre thème, à la robe de votre future épouse, à celle de votre costume mais aussi à votre pochette si vous en portez une. Evitez les couleurs flashy, optez pour du doux ou du neutre comme le noir. Privilégiez la soie pour plus de classe. Puis pour terminer, notez qu’à chaque accessoire correspond une chemise idéale surtout le col qui portera votre accessoire.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *